Besoin de publicité gratuite efficace ?

tendance 2009/2010 femmes

Tendances automne/hiver 2009-2010


Désormais, l'humeur ne semble plus être au butinage fashion, aux défilés conceptuels ni aux créations sans prise avec la réalité. La crise a en effet poussé l'ensemble du petit monde de la mode à se recentrer sur l’essentiel, afin de livrer des collections où rigueur esthétique, créativité catalysée et désir de pragmatisme se devaient de fusionner...

On a ainsi vu les grandes maisons parisiennes se recentrer avec subtilité sur leur ADN, les griffes les plus hype dessiner des vestiaires commerciaux - mais néanmoins désirables - et les créateurs affiner leurs discours au profit d’une plus grande lisibilité, le tout restant baigné de nombreuses références aux eighties. À l'occasion de l’hiver 2009-2010, ces dernières ont en effet infusé un nombre insensé de catwalks...

I. Les silhouettes

Eighties forever

Tendances automne/hiver 2009-2010

Entre carrure oversize, allure hiératique et confiance en soi illimitée, la femme des années 80 semble avoir envoûté le moindre esprit créatif ayant droit de cité sur les podiums. Tour à tour night clubbeuse, working girl affirmée ou citadine délurée, les multiples facettes de la eighties girl ont toutes été dignement célébrées...

  • Sublime, démesurément élancée et assumant des plateformes échasses avec assurance, la demoiselle Nina Ricci semble prête à déchaîner les foules et à dominer le dancefloor du Club 54. La belle connaît d'ailleurs ses classiques : lorsqu’elle décide de miser sur des pièces ultra fortes aux proportions extrêmes, elle opte pour un total look réglisse lui permettant d’éclipser ses rivales.
  • Chez Marc Jacobs, jupe taille haute éclatante, chemisier à épaulettes et gants de cuir longuissimes composent l’uniforme de la parfaite femme active des années 1980, qui n’avait de cesse de gravir les échelons professionnels, quitte à en devenir glaciale. Cependant, sous l'impulsion de Marc Jacobs, ses atours pourraient bien évoluer vers le fashionnement correct...
  • Entre disco, house et glamour tapageur, la post adolescente des eighties entrevue chez DSquared mixe à tout va. Elle n’hésite pas à associer trench en léopard piqué à sa mère, maxi short en cuir, marcel loose, sautoir bling bling et bonnet oversize, se composant une allure oscillant entre Bob Marley et Courtney Love...

Cette saison, on est donc en droit d'exploiter l'aspect des 80’s qui nous attire le plus (si tant est qu’il y en ait un). On a tout de même une petite préférence pour la maxi carrure qui, ayant largement été adoubée par les grandes instances fashion, pourra sans difficulté descendre massivement dans la rue. On évite simplement de surcharger les effets, au risque de se retrouver non pas lookée, mais dramatiquement déguisée...

 

Military girl

Tendances automne/hiver 2009-2010

L’uniforme a cet avantage d’assurer à celle qui le revêt une allure conforme au désir d’autrui. Autrement dit, pas de fashion faux pas chez les hôtesses de l’air, ni au siège de l'état-major des armées... Cependant, lorsque la mode s’attaque à cette classe spécifique de l'habillement ce n’est que pour mieux la détourner de sa nature première, afin de la rendre atypique et up-to-date là où cette dernière espérait passer inaperçue...

  • Ainsi, chez Givenchy, képi haut, noir et bleu marine réglementaires dessinent une silhouette army hautement gradée, décorée de la légion de l’élégance. Si les codes militaires affluent ici de toute part, ce n’est que pour mieux styliser le modèle, sans toutefois le caricaturer. Car au final, c’est une femme bien plus chic que rigide qui défile pour Riccardo Tisci.
  • Chez Luella, la modeuse est parvenue à se constituer une garde-robe army girly en s'inspirant du paquetage des fantassins. En effet, elle laisse aux généraux leurs costumes taillés au cordeau pour s'approprier les pull-overs de leurs subalternes. Casquette molle, robe pull kaki et besace réglementaire composent ainsi le nouvel uniforme de la "it" girl londonienne.
  • Sous le crayon d'Hannah MacGibbon, la femme Chloé transforme chaque pièce de l’univers militaire en vêtement chicissime. Une simple chemise en coton grossier se mue ainsi en chemisier raffiné au col officier, tandis que le traditionnel treillis évolue vers un sarouel citadin et que les rangers s'effacent devant une paire de délicieux escarpins...

En 2010, c’est donc la fleur au fusil que les fashionistas se rueront sur ces pièces fleurant bon la rigueur militaire. Tout en gardant à l’esprit que ces dernières se devront d’être élégamment détournées de leur fonction d’origine...

 

Parisienne chic

Tendances automne/hiver 2009-2010

Si lors des débuts du prêt-à-porter, les ateliers de confections internationaux copiaient les modèles issus des maisons de haute couture parisiennes, ce n’est pas sans raison. Depuis Rose Bertin, le chic parisien est en effet considéré comme une valeur extrêmement sûre. Or, en ces temps troublés où l’économie bat de l’aile, l’univers de la mode a plus que jamais besoin d'assurance de résultats. Cela a amené les grands noms parisiens à flirter d'un peu plus près avec l’ADN de leur maison, afin de créer de l’intemporellement désirable...

  • Chez Balenciaga, Nicolas Ghesquière délaisse ses expérimentations futuristes au profit d’une garde-robe sophistiquée et précieuse. Il met ainsi à l’honneur une demoiselle issue de la haute bourgeoisie, addict aux velours dévorés, aux drapés très Ungaro et aux atours infailliblement élégants.
  • Alber Elbaz continue quant à lui d'imaginer une Parisienne sur le fil de l’émotion, naturellement élégante, n’ayant guère besoin de suivre une quelconque tendance pour sublimer sa silhouette. Pour Lanvin, il densifie ainsi la notion de naturel sophistiqué, de femme fatale fragile, de beauté dramatiquement racée...
  • Sans tomber dans la rétrospective ou la collection archive, Stefano Pilati compose un vestiaire en prise directe avec l’esprit Yves Saint Laurent, tout en sachant lui insuffler ce qu’il faut de modernité pour en conserver toute sa pertinence. La robe smoking clôturant le show en est d'ailleurs l'illustration parfaite.

En se recentrant sur l’essentiel, les maisons parisiennes ont pour la plupart livré des collections au plus près de l’élégance. Une notion qui, ces dernières saisons, avait quelque peu pâti des investigations stylistiques de certains...

 

Empire du levant

Tendances automne/hiver 2009-2010

Au coeur du tumulte des fashion weeks, il y a ceux qui désirent rompre avec la pesante réalité en emmenant leur muse au bord de l’Orient Express, persuadés que l'élégance est ailleurs et que l'Européenne a tout à gagner en empruntant aux contrées lointaines leurs fastes aux éclats iridescents...

  • John Galliano rend ainsi un vibrant hommage à la mode de 1910, lorsque les élégantes se toquaient d’étoffes exotiques et de références à l'Orient. Le minois joliment peint et le regard étiré, les belles de chez Dior déambulent dans des toilettes évoquant la Chine du Nord, la cour de quelques sultans ou encore les lampions pékinois. Néanmoins, le maître des lieux n’oublie jamais d’insuffler à ses créations un peu de cette séduction dont il a le secret, faite de transparences impudiques, d'extravagance maîtrisée et de classicisme revisité.
  • Si Antonio Marras n’a pas attendu 2009 pour aller puiser son inspiration au-delà de nos frontières, il est parvenu pour la première fois à dépasser l'exercice de style folklorique. Il a ainsi livré chez Kenzo une collection chaleureuse et esthétique, reprenant subtilement les codes du costume de la babouchka.

Alors que les vols long-courriers ont du mal à trouver des amateurs et que les voyagistes font grise mine, on apprécie que la mode continue de nous dépayser. Néanmoins, on note qu’elle se doit d’opérer en douceur, afin d’évoquer - et non de parodier - les us et coutumes venus d’ailleurs...

II. Les couleurs

Nudes

Tendances automne/hiver 2009-2010

Cet hiver, les teintes nude envahissent l’asphalte. Ayant permis au beige rosé de devenir cet été une couleur hype, la palette blush n’en finit pas de saupoudrer les toilettes de saison de ses pigments mélancoliques aux accents chicissimes...

  • Chez Lanvin, les élégantes troquent leurs atours noir carbone pour des robes nude qui gagnent en magnétisme sous les habiles froncements et volutes de la matière. Intemporelles, gracieuses et dramatiquement hitchcockiennes, les créations d’Alber Elbaz confèrent au beige crayeux ses lettres de noblesse.
  • De son côté, Miuccia Prada imagine des bourgeoises Miu Miu faussement pudiques qui, en portant leurs manteaux beige rosé déstructurés à même la peau, en deviennent presque sulfureuses. Apposé sur des vêtements minimalistes et s’amusant des codes classiques, le nude apparaît rapidement plus incandescent que n’importe quel rouge.
  • Enfin, pour Marc Jacobs, hors de question de jouer les timorés. Le DA de Louis Vuitton estime en effet qu’il faut faire subir au beige un traitement de choc s'il veut pouvoir plaire un jour aux fashionistas et parler aux moins de 35 ans. Il travaille celui-ci avec de l’élasthanne semi-transparent sur des micros volumes, afin de transgresser sa nature et de lui offrir un destin ultra sexy.

Le beige rosé est avant tout une teinte qui a su renaître de ses cendres. Après des années passées au rayon troisième âge, il est temps - avant de l'ériger en tant que "nouveau noir" - de lui faire connaître le frisson d’un stiletto et l’effronterie d’une cuissarde lacée...

 

UVF : Ultra Violet Fashion

Tendances automne/hiver 2009-2010

Outre les maxi carrures, les mini-jupes stretch et le cuir tous azimuts, les années 80 ont également légué aux collections automne/hiver quelques-unes de leurs chères couleurs flashy, dont le violet fait assurément partie. Ceci dit, cela n'empêche pas ce dernier de se muer en une teinte so 2009...

  • En jolie citadine sophistiquée, la femme Marni opte pour un violet ultra bright qui évite l’effet disco grâce à une accessoirisation néo art déco. Les lignes indéniablement chic de l'ensemble confèrent ainsi au violet ce qu’il faut de bienséance pour être plébiscité par les working girls italiennes.
  • Chez Marc Jacobs, la night clubbeuse est de sortie. Plus eighties que jamais, la muse du styliste ose le mix inspiration sportswear/couleur choc/imprimés psychédéliques, qui la propulse dans un monde parallèle où seules les modeuses extrêmes oseront pénétrer.
  • Passé maître dans l’art de composer des harmonies de couleurs subliment originales, Dries Van Noten ne faillit pas à sa réputation en osant rehausser ses camels d’un violet profond. Il propose une association étonnante devenant très vite évidente, et qui s’avère être la plus jolie manière d’oser le violet.

Si l'on veut pallier notre manque de sobriété et ainsi incorporer l’ultra violet à notre dressing quotidien, il semble nécessaire de s’attarder sur le défilé de Dries Van Noten. On y apprendra comment tempérer des couleurs apparemment trop vives en les mariant à d’autres plus ternes, le tout afin de composer des ensembles à l’élégance lumineuse.

III. Les matières

Pattes de velours

Tendances automne/hiver 2009-2010

Pile dans l’air du temps et prônant un retour aux valeurs sûres, le velours s’invite sur les demoiselles de 2009. Ce tissu moiré aux reflets changeants se suffit d’ailleurs à lui-même pour magnifier leur allure, devenant ainsi un véritable atout dans la quête de la ligne juste, chic et élégante...

  • Chez Balenciaga, le velours est de retour afin d’habiller une femme dramatiquement parisienne et mondaine jusqu’au bout des ongles, mettant un point d’honneur à apparaître plus élégante de jour en jour. Pour cela, elle ose l'ostentatoire en mélangeant velours et satin, sans pour autant perdre de sa finesse (grâce à quelques délicates dentelles mixées à l'ensemble).
  • Si le velours ras rappelle les fastes du Second Empire, cela n'a pas empêché certaines maisons de le détourner de sa nature princière. Ainsi, chez Chloé, ce dernier se mue en sarouel oversize casual chic, apportant une touche de maturité stylée à une silhouette juvénile.
  • Chez Fendi, le velours renoue avec sa teinte fétiche (le pourpre) sans pour autant se faire pompeux. La coupe moderne et le port de jambières guerrières apportent en effet ce qu’il faut de dynamique racée pour offrir au velours de nouveaux horizons.

Au final, le velours signe clairement son grand retour. Il s’évade des livres d'histoire, des salons du 18e et des tentures dominicales pour convertir les jeunes fashionistas aux matières d’exceptions, les trentenaires aux toilettes de soirées plus chic que destroy de luxe et plus généralement les femmes à une élégance plus consensuelle...

 

Shiny

Tendances automne/hiver 2009-2010

Décidément, les collections n’en finissent plus de distiller quelques poussières d’étoiles dans leur sillage. Hommages aux eighties ou fantasmes 24 carats, les dressings twistent en mode paillettes, lurex et sequins. Reste à savoir comment adoucir ces étoffes clinquantes, de façon à les incorporer au quotidien...

  • Entre épaules rehaussées, micro size, dégaine rock et atours disco, Christophe Decarnin booste sa party girl à coup de bleu iridescent. Elle a beau irradier plus qu’une boule à facettes, la fille Balmain assume sa beauté, sa richesse et ses privilèges, estimant pouvoir tout se permettre. Un blazer et une paire de boots plus tard, elle peut donc sans souci sortir de chez Régine et aller prendre un petit déjeuner au Flore avec sa robe très Night Fever...
  • Pour Derek Lam, la feuille d’or semble être la seule réponse plausible à la crise. Dès lors, les élégantes habillées par ses soins se doivent d’afficher clairement leurs convictions : vive l'or comme valeur refuge et haro sur les napoléons...
  • Une fois de plus, c'est Isabel Marant qui trouve le juste équilibre entre hype et cooliness. Son sarouel en lurex glissé dans une paire de cuissardes et surmonté d’un jersey loose est la réponse parfaite à nos envies de shiny.

Le secret de la brillance réside dans notre capacité à la patiner. Pour cela, prenons exemple sur la fiancée de Jérôme Dreyfuss et misons sur les camaïeux charbon/aluminium, les matières mates et sur un vestiaire plus flou que structuré.

II. Les points forts

Cuissardes

Tendances automne/hiver 2009-2010

Les cuissardes sont incontestablement les reines de la saison : à peine ont-elles été aperçues sur les catwalks qu’elles se retrouvaient déjà sur les jambes d’Emmanuelle Alt... Elles ont depuis squatté la moindre gambette disponible lors des dernières fashion week. Conceptuelles, sexy ou juste extrêmement désirables, elles ne nous laissent pas le choix : l’hiver ne se fera pas sans elles.

  • Une fois de plus, Miuccia Prada a su exceller dans l’art de lancer une tendance en la poussant à son paroxysme. Certes, ces cuissardes de pêcheurs ne seront sûrement que très peu vendues, mais elles ont au moins le mérite de donner le ton, validant le come-back massif des cuissardes.
  • Alors que certains tentent d’adoucir leurs antécédents ultra sexy, d’autres s’en amusent et les transforment en un pur objet de fétichisme. C’est notamment le cas de Marc Jacobs pour Louis Vuitton, pour qui "cuissardes" semble rimer avec "lacets, vinyle et surenchère"...
  • Enfin, comme souvent lorsqu’il s’agit de s'approprier les musts de saison, nos regards convergent vers le podium d’Isabel Marant. Sans surprise, sa version des cuissardes, sobres et sombres, remporte l'adhésion générale...

Reste à savoir quel dress code adopter pour ne pas affoler les passants. Le duo sarouel/cuissardes semble être le plus prometteur et le moins risqué...

 

Carrures en mutation

Tendances automne/hiver 2009-2010

Ce n’est plus une tendance, mais une véritable évidence : les épaules prennent de l’ampleur, les épaulettes réapparaissent, poussant la gent féminine à assumer une carrure digne des costumes de Grace Jones. L’assimilation devrait cependant se faire rapidement, les designers préparant le terrain depuis l’hiver dernier...

  • Après avoir été un temps bannies du lexique mode, les épaulettes deviennent un accessoire esthétique chez Givenchy. En plus de conférer un volume up-to-date à une fragile toilette en dentelle, elles modernisent l’ensemble en lui apportant sa touche finale grâce à leur teinte lapis-lazuli.
  • Chef de file de l'engouement pour les maxi carrures, Balmain les pense plus hautes que larges, mettant au goût du jour des petites vestes aux allures de Goldorak fashion. Très marquées, ces créations risquent cependant de se démoder très rapidement.
  • Féminine, juste et portable, tel pourrait être le mantra d’Isabel Marant. Elle qui s'empare de l’un des gimmicks les moins faciles du moment parvient ainsi à le rendre accessible, élégant et addictif. Il faut dire que sa blouse aux têtes de manches joliment travaillées marie carrure et allure pour le meilleur...

Niveau carrure, les plus sobres seront assurément les plus complimentées. En effet, si Balmain irradie littéralement sur les podiums, dans la rue on préfère miser sur des pièces certes épaulées mais troquant l’extravagance pour une bonne dose de casual...

 

Maxi manteaux

Tendances automne/hiver 2009-2010

Qui aurait pu penser que les fameux manteaux peignoirs devenus emblématiques grâce à Max Mara pourraient un jour revenir titiller le baromètre des tendances ? Sûrement pas la génération actuelle, pour qui ce genre de pardessus rime avec soap américain aux héroïnes overbrushées. Et pourtant...

  • Transposé directement des années 90 à nos jours, le manteau largissime de Dries Van Noten annonce clairement le retour en grâce de ce genre de pièces. Il s’agira dès lors de leur transmettre une aura so 2009, à base de lipstick vitaminé, de coiffures pas trop strictes et de it shoes.

Oui mais voilà, même ainsi le résultat peut s’avérer légèrement mémérisant. C’est pourquoi on en préférera une version moins classique, à savoir :

  • Soit vraiment rétro - mais néanmoins potentiellement sublime - comme nous le propose Louis Vuitton. A priori trop executive woman déjantée, ce manteau corail pourra être la pièce forte d’un dressing, à condition d’être inconditionnellement accompagné de talons.
  • Soit légèrement revisité par Max Mara. En mixant tailoring et inspiration army, ce dernier offre une adaptation convaincante de l’une des ses pièces phares.

On note cependant que quel que soient leur style, les maxi manteaux se doivent de dénigrer les souliers plats, au risque de tasser irrémédiablement la silhouette de celle qui osera parier sur leurs larges épaules et autres lourds lainages...

 

Manches expérimentales

Tendances automne/hiver 2009-2010

Certes, les maxi carrures sont au summum de leur popularité. Cependant, l’attention tend à se déplacer vers les manches, qui comme leurs consœurs gagnent en volume et en créativité. Ce n’est pour l'instant qu’un embryon de tendance, mais qui s’annonce prometteur pour la saison prochaine...

  • Alors que l'heure est à l'expérimentation, Giles Deacon orne l’une de ses créations roses satinées de néo manchons en poils de yack. La confrontation des genres - entre préciosité de la robe et cosyness roots des manches - s’avère novatrice et est une réussite sur le plan esthétique.
  • Plus élaborées sur le plan technique, les manches de chez Viktor & Rolf se font grandiloquentes, sculpturales et assurément magnifiques, mais restent plus au stade du concept que de la vraie proposition stylistique.
  • Finalement, seul le petit blouson en fourrure lustrée de chez Gucci parvient à mettre en valeur les manches sans pour autant devenir une pièce expérimentale. Ceci dit, il lui manque ce petit quelque chose qui pourrait attirer durablement notre attention...

On attendra donc de voir comment évoluera ce prémice de tendance avant de nous prononcer sur sa pertinence et son degré de désirabilité...

En guise de conclusion, on note quelques points essentiels de la saison automne/hiver 2009-2010 :

  • Les capuches esprit capuchon sont ultra en vogue (Fendi, Jean Paul Gaultier)
  • Les maxi cols deviennent les nouvelles écharpes (Burberry Prorsum, Missoni, DKNY)
  • La dentelle s’avère être l’une des matières à privilégier en 2009 (Balenciaga, Lacroix, Louis Vuitton)
  • Les robes se veulent longuissimes, entre retour au classique et touches expérimentales (Lanvin, Chanel, Watanabe)
  • Le cuir s'impose toujours plus et s’invite chez chacun : ultra chic pour Chanel, caramel chez Hermès ou corseté pour Ann Demeulemeester...
  • On note également la présence de quelques pointes de verts ici et là (Chanel, Rodarte, DKNY)


©photo : Style.com

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.